Rechercher

Vous avez dit 100% Biodégradable ?

On entend parler d'ingrédients, de produits biodégradables régulièrement. Pourtant, on ne sait pas vraiment à quoi cela fait référence et on peut avoir tendance à confondre ce terme avec celui de recyclable ou encore compostable.

biodegradable-explication-safe-ecologique

On parle de produit biodégradable lorsqu’une formule complexe est susceptible de se décomposer en éléments plus simples dans un environnement favorable (conditions de température, d'humidité, de lumière, d'oxygène, etc.) et sous l'action de micro-organismes (bactéries, champignons, algues). Un produit biodégradable se décompose sans effet néfaste sur l'environnement. Pour qu'un produit mérite le qualificatif de biodégradable, on considère qu'il faut que sa dégradation se produise dans une durée courte, au regard du temps humain (sinon on pourrait dire que tout est potentiellement biodégradable même en devant attendre des centaines d’années !). Les tests de biodégradabilité sont réalités par un laboratoire externe français reconnu, Eurofins, qui transmet ensuite une attestation.


Il faut distinguer 2 stades de biodégradation :


- Primaire : les molécules se décomposent en plusieurs morceaux (chacun d’eux peut avoir un impact sur l’environnement et certains sont parfois plus toxiques que l’élément initial). La loi impose une biodégradation primaire des tensioactifs d’au moins 80 % en 21 jours, ce qui permet de s’assurer de la perte de la fonction détergente (mais insuffisant pour juger de la dangerosité ou non du détergent pour l’environnement). C’est de ce stade-là dont parlent les lessives conventionnelles en mentionnant un taux de biodégradabilité.


- Ultime ou totale : à ce stade suprême de dégradation, toutes les molécules et les morceaux associés deviennent des éléments absorbables par la nature (eau, gaz carbonique, sels minéraux, …). Si l’on veut entrer encore plus dans le détail des tests sont effectués pour apprécier la biodégradation en aérobiose (en présence d’air, donc d’oxygène) et en anaérobiose (en absence d’air). Dans les 2 cas, la réglementation impose un minimum de biodégradabilité de 60% en 28 jours, ce qu’exigent également les labels de type Ecocert ou Ecolabel.


Selon les choix marketing, un industriel avec une formule 100 % biodégradable pourrait tout à fait écrire seulement « biodégradable » au lieu de « 100 % biodégradable » même si cela semble peu probable puisqu’il s’agit d’un argument à mettre en avant lorsque la formule atteint ou frôle les 100%. En tant que consommateur, tant que le pourcentage n’est pas noté, on ne peut donc pas savoir complètement à quel point le produit est sûr pour l’environnement ou non, d’où l’importance de dénicher des produits à la composition claire et transparente.


Parfois, on peut lire « biodégradabilité optimale » (sur les produits écologiques) ou « complète ». Il s’agit de termes marketing différents mais qui n’existent pas d’un point de vue scientifique. Lorsque la biodégradabilité du produit est de 100%, on l’a vu : on parle de biodégradabilité ultime qui est sans aucune toxicité pour l’homme et la nature car la formule est 100% biodégradable en C02 et H20. Hormis nos tablettes lave-vaisselle qui atteignent les 97%, tous les produits SAFE sont 100% biodégradables !

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout